Présentation 
Organigramme Direction
Instances
Annuaire
Plan d'accès
Un peu d'histoire
Projet d'établissement
Démarche qualité
Lutte Contre les Infections Nosocomiales
Engagement Développement Durable
Présentation

Lutte Contre les Infections Nosocomiales


QU'EST-CE-QU'UNE INFECTION NOSOCOMIALE ?
 
Une infection nosocomiale est une infection contractée dans un établissement de santé.
Si l’infection apparaît moins de 48 heures après l’admission, l’infection était en incubation (= période de latence entre la contamination d’une maladie infectieuse et son début clinique) au moment de l’admission et qu’elle n’a donc pas été contractée dans l’établissement de soins
à l’infection n’est pas nosocomiale.
 
COMMENT CONTRACTE-T-ON
UNE INFECTION NOSOCOMIALE ?
 
L'hôpital abrite de nombreuses sources de germes (virus et bactéries) :
-   la principale source de contamination est le patient lui-même, le personnel joue un rôle de vecteur de transmission ;
-   plus rarement, le matériel et l'environnement peuvent être sources de contamination.
 
Auto-infection : le patient est infecté par ses propres germes au cours de certains soins (actes chirurgicaux, sondage urinaire, pose de cathéter pour perfusion, respiration artificielle).
Infection croisée : le patient est infecté par des germes provenant d'autres personnes (personnel soignant, autre patient, visiteur) ou de l'environnement.

QUELS FACTEURS PEUVENT AUGMENTER LES RISQUES D’ACQUERIR
UNE INFECTION NOSOCOMIALE ?
 
Facteurs de risque liés au patient :
 
- âge avancé,
- très jeune âge,
- immunodépression (chimiothérapie, séropositivité au VIH....),
- diabète,
- obésité,
- dénutrition.
 
Facteurs de risque liés aux soins et aux interventions :
 
- sondage urinaire, gastrique,
- cathéters veineux (pour perfusion),
- intervention chirurgicale,
- endoscopie,
- ventilation assistée.
 
Facteurs liés à l'agent infectieux :
 
- virulence (propriété qu’ont les germes à se multiplier),
- résistance aux antibiotiques.
 
--------------------------------
 
Facteurs favorisant l'infection urinaire nosocomiale :
 
- durée du sondage,
- sondage à demeure,
- sexe féminin,
- âge supérieur à 65 ans,
- existence d'une maladie des voies urinaires,
- diabète.

Facteurs favorisant l'infection
respiratoire nosocomiale :
 
- âge supérieur à 70 ans,
- obésité,
- tabagisme,
- maladie chronique des bronches,
- intervention chirurgicale récente,
- troubles de la conscience,
- difficultés à la déglutition,
- position couchée prolongée,
- soins et traitement : intubation et ventilation artificielle, sonde naso-gastrique, corticoïdes, sédatifs, traitement de l’ulcère de l’estomac et antibiotiques.
 
Facteurs favorisant l'infection du site opératoire :
  
- âge extrême : avant 1 an et après 75 ans,
- état nutritionnel : amaigrissement et obésité,
- maladies associées : diabète, déficit immunitaire, insuffisance rénale, chronique....
- médicaments : traitement prolongé par corticoïdes, traitement antibiotique prolongé avant l’intervention,
- hospitalisation prolongée avant l'intervention,
- facteurs liés à l'intervention elle-même : type et durée d'intervention, préparation de la peau, contexte (urgence ou programmée).
 
Facteurs favorisant l'infection sur cathéter :
 
- âge extrême,
- lésions cutanées : brûlures, psoriasis....
- comportement du patient : agitation, confusion, non coopération,
- hygiène corporelle,
- facteurs liés au cathéter : conditions de pose (programmée ou en situation d’urgences), durée du cathétérisme.

COMMENT PEUT-ON PREVENIR
UNE INFECTION NOSOCOMIALE ?
 
 
Les infections nosocomiales ne peuvent être totalement évitées, mais le respect strict des règles d'hygiène permet de diminuer le risque.
 
Pour les visiteurs :
 
Les visiteurs peuvent constituer une source ou un vecteur d’infection.
Pour cette raison, il est nécessaire de respecter quelques règles :
- les visiteurs présentant une maladie des voies respiratoires (les germes sont transmissibles par l'air et les gouttelettes de salive lors d’une discussion) ou toute autre maladie transmissible ne devraient pas entrer dans les secteurs de soins,
 - les visiteurs doivent se laver les mains avant et après la visite d'un malade afin d'éviter la transmission manu portée (portée par les mains) de germes,
- Les visiteurs ne doivent pas s'asseoir sur le lit du patient et ne pas y déposer d’objet (tout objet venant de l’extérieur est porteur de germes)
et ne pas y déposer d'objet (tout objet venant de l'extérieur est porteur de germes).
- Jusqu’à l’âge de 15 ans, les maladies contagieuses sont très fréquentes : ne pas emmener d'enfant ayant moins de 15 ans dans une chambre d’hôpital
- Aucune plante en pot dans les chambres des malades : de nombreux champignons et bactéries se retrouvent dans la terre,
 - les fleurs coupées sont fortement déconseillées : des germes peuvent se développer dans l’eau,
- les visiteurs doivent accepter qu'un malade soit placé en isolement, particulièrement adapté à la prévention de maladies transmissibles et de la transmission de bactéries résistantes aux antibiotiques. Cet isolement ne préjuge pas de la gravité de l’état du patient.

Pour les patients :

     - Le patient ne doit pas manipuler personnellement les dispositifs invasifs (cathéters, sondes, drains ou redons)
 
     - Le patient doit avoir une bonne hygiène corporelle : il est indispensable de se laver les mains après être allé aux toilettes et de réaliser une toilette quotidienne.

Pour les personnels :
 
Ce paragraphe doit vous permettre de connaître les mesures d'hygiène minimales devant être prises par le personnel. Celui-ci dispose de procédures et de protocoles beaucoup plus complets, élaborés par l'infirmière hygiéniste et les correspondants en hygiène puis validés par le Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN)
 
Pour tout patient, quelque soit son statut infectieux, le personnel doit respecter des précautions dites "standard": hygiène des mains (lavage ou friction) ; port de gants si risque de contact avec du sang ou tout autre produit d'origine humaine, changés entre deux patients ; port de
surblouse, lunettes ou masque si les soins exposent à un risque de projection de sang ou tout autre produit d'origine humaine ; nettoyage et désinfection du matériel et des surfaces.
 
En complément de ces préventions, certaines infections (ou suspicions d'infection) nécessitent la mise en oeuvre de précautions particulières, définies en fonction de l'agent infectieux, de la localisation et de la gravité de l'infection : isolement en chambre individuelle ; renforcement du lavage des mains ; port de vêtements de protection ; précautions accrues lors de l'élimination des instruments et du linge contaminés, des déchets.

Pour retourner à la page des résultats sur la lutte contre les Infections Nosocomiales, cliquer ici


Accueil - Présentation - Spécialités - Des professionnels à votre service - Usagers et visiteurs - Infos prestataires externes
© Centre Hospitalier de Ham